SAINT-JEAN DE MONTS, 15 NOUVEAUX MIGRANTS, NON IMPOSÉ PAR L'ÉTAT.

par Le Groupe U.D.C.I Montois  -  2 Octobre 2017, 14:13  -  #NEWS SAINT JEAN DE MONTS, #NEWS NATIONALE, #CONSEIL MUNICIPAL

15 NOUVEAUX #MIGRANTS #SAINTJEANDEMONTS
15 NOUVEAUX #MIGRANTS #SAINTJEANDEMONTS15 NOUVEAUX #MIGRANTS #SAINTJEANDEMONTS

15 NOUVEAUX #MIGRANTS #SAINTJEANDEMONTS

BILAN DE LA SCÉANCE PLÉNIÈRE

VENDREDI 22 SEPTEMBRE 2017 (NON PUBLIC)

 

NOMBRE CONSEILLERS PRÉSENTS 20 sur 29 :

- UDCI* : MM. Karine IRR, Eric BRONDY.

- D-I : Yves MATHIAS, Mireille GLORION,

- PS ou apparenté  * : André RICOLLEAU, Véronique LAUNAY, Miguel CHARRIER, Marie-Claire BRETHE-CHAILLOU, Nicole PLESSIS, Nadine PONTREAU, Mireille RICOLLEAU, Michel ALLEGRET, Gérard MILCENDEAU, Mireille RICOLLEAU, Grégory JOLIVET, Marie BERNABEN, Dominique PELLOQUIN, Alain ROUSSEAU, Daniel CAILLAUD , Virginie BERTRAND. formant la majorité des membres en exercice.

 

NOMBRE CONSEILLERS ABSENTS 9 :

- UDCI* 1 : Gianna CANNELLE pour raison médicale.

- PS ou apparenté  * 8 : Jacky BETHUS, Michel COURANT, Valérie JOSLAIN, Annie LE BIAVANT, Marc GUYON, Sébastien BARREAU, Astrid CHAVALIER, Jean Yves GABORIT.

 

NOMBRE DE VOTANTS : 21

EXCUSÉ SANS POUVOIR : 0

NON EXCUSÉ SANS AVOIR DONNÉ LEUR POUVOIR : 8

EXCUSÉ AVEC POUVOIR : 1

 

NOMBRE DE PROCURATION 1 :

- UDCI* 

EXCUSÉ AVEC 1 PROCURATION (Gianna CANNELLE)

- P.S. ou apparenté  :

0 PROCURATIONS :

 

COMBIEN DE MIGRANTS ECONOMIQUES ARRIVENT A SAINT-JEAN DE MONTS  ?

 

André Ricolleau : "Saint-Jean de Monts devient un C-A-O (Centre d’accueil et d’orientation) pour migrants. "

- 4 Afghans

- 4 Irakiens

- 3 Soudanais

- 1 Libyen

- 1 Ivoirien

- 1 Guinéen

- 1 Apatride (Un apatride est, selon la convention de New-York du 28 septembre 1954, « toute personne qu'aucun État ne considère comme son ressortissant par application de sa législation ». Plus simplement, un apatride est une personne dépourvue de nationalité, qui ne bénéficie de la protection d'aucun État.

 

9 migrants de moins de 25 ans, et les autres sont plus âgés de 32 à 54 ans. Ils arrivent d’un camp en région parisienne après un passage par les Sables d’Olonne où ils ont été hébergés quelques jours dans l’ancien hôpital, mais qu’ils doivent quitter au regard de la destruction de l’édifice.

Il sont arrivé à Saint-Jean de Monts le lundi 2 octobre à 15h00.

 

VOUS ONT-ILS ÉTÉ IMPOSES, AVEZ-VOUS EU LE CHOIX ?

 

André Ricolleau : " C’est une question qui nous a été posé, nous en avons accueilli il y a 2 ans, cela n’a posé pas de soucis et de trouble à l’ordre public, nous n’avons pas été sollicités depuis, là nous avons eu une demande, voilà "

 

COMBIEN DE COMMUNES ONT ACCEPTÉ D'EN ACCUEILLIR EN VENDÉE ?

 

André Ricolleau : Je suis comme vous je lis la presse, il y en a Challans, aux Sables d’Olonne, à Fontenay, il y a deux ans il en avait dans beaucoup moins de villes, Noirmoutier en a eu l’an dernier, il y en a peut-être d’autres ailleurs je ne tiens pas une liste.

Il y a des demandeurs d’asile, d’autres sous les accords de Dublin, il y a des cas différents qui nécessitent  que les services français les étudient et avant qu’ils soient dispatchés  suivant leurs dossiers en direction de telle ou telle destination.

 

Véronique Launay : Un accueil temporaire début octobre, ils devront partir avant l’arrivée des renforts saisonniers mai 2018.

 

POURQUOI N'AVONS-NOUS PAS DES FAMILLES AVEC DES ENFANTS ?

 

André Ricolleau : Nous n’avons pas le choix et nos logements ne sont pas adaptés pour des familles.

 

Michel Allegret : Il vaut mieux que ce soit des célibataires !

 

André Ricolleau : On ne nous en propose pas.

 

QUE PREND EN CHARGE LE CONTRIBUABLE FRANÇAIS ?

 

Véronique Launay : La ville prend en charge les logements et les fluides… (Eau, gaz, électricité, mobilier) et les repas, l’association (un groupe de personnes, il n’y a pas d’association)  des bénévoles prennent en charge, (les draps et linge de toilette) et la PSH accompagnement administratif.

 

Virginie Bertrand : Nous sommes majoritairement favorables à l’arrivée des migrants. En ce qui me concerne, je ne pourrais pas participer au travers du groupe de bénévoles à leurs accueils par manque de temps.

LOGEMENTS SAISONNIER POUR MIGRANTS

LOGEMENTS SAISONNIER POUR MIGRANTS

POUR INFORMATION : LE DROIT A S'EXPRIMER SELON LA RÉDACTION DE OUEST-FRANCE, OUPS !

- Pour le texte du chrétien engagé, il a disposé de 767 caractères espaces compris.

- Pour le texte de la droite indépendante, elle a disposé de 809 caractères espaces compris.

- Pour le texte des élus de L'UDCI, nous avons disposé de 454 caractères espaces compris.

 

COMMMUNIQUÉ DU GROUPE UDCI MONTOIS

 

Pour l’UDCI Montois, accueillir des migrants, c’est un problème national et pas local.

 

" En accueillant des migrants pour la plupart économique, on donne raison à Daech, aux autres formes et groupes de terrorisme islamiste, on enrichit les passeurs responsables de la mort de ces milliers de personnes ". 

" Il faut mettre un terme à l'Europe passoire en arrêtant d'ouvrir les frontières et en arrêtant certaines aides et la première comme l'AME (aide médicale de l'État) et autres.

Il faut aider ces gens à rester chez eux.

On est en train d'installer l'islam en Occident. Il faut tout mettre en œuvre pour qu'ils restent là-bas et frapper le terrorisme islamique militairement. "

 

Il y a les bons et il y a les méchants…

 

D'un côté, ceux qu'on encense et qu'on salue.

Ce sont "les gentils maires comme André Ricolleau" ; pleins de bons sentiments, qui accueillent dans l'allégresse, ou plus exactement la commune accueille, des réfugiés, par dizaines, sans débat en mettant les Montois devant le fait accompli.

Et puis, il y a les autres, les "méchants" ; ceux qu'on montre du doigt, ceux marqués d'un point rouge sur les cartes de la bien-pensance ; comme les élus de L’UDCI.

Pour nous élus de l’UDCI, nous n’empêchons surtout pas le moins du monde les initiatives privées pour les héberger et les nourrir, mais  nous ne souhaitons pas que notre commune prenne en charge l'arrivée massive de migrants…, et nous allons vous expliquer pourquoi…

 

Bien entendu, le drame migratoire ne laisse personne insensible ou indifférent. Mais, pour un élu, le cœur doit laisser place à la raison et doit désormais faire place à la réflexion et aux questions.

 

Mais est-ce encore possible, même quand on est élu, d'avoir un point de vue différent sur le sujet  sans avoir ; des excréments sur sa boîte aux lettres, ou bien se faire taguer son portail d’une croix noire rappelant les heures sombres de notre passé, être traité de facho, être interpellé par voie de presse par des intermittents du spectacle qui n’ouvriront jamais leurs portes pour accueillir et donner le gîte et le couvert à ces " hommes clandestins ou réfugiés économiques " ?

Visiblement pas, tant le débat est miné à l'image du glissement sémantique que nous constatons. Hier, on parlait d’immigrés, sans préciser, d’ailleurs, qu’ils étaient illégaux. Ensuite, on a évoqué des migrants. Aujourd’hui, on n’entend plus parler que de réfugiés…

 

Chaque jour, l'Etat nous demande, à nous, élus locaux, pour certains bénévoles, d'assumer nos décisions et d'en faire toujours plus… Toujours plus en faveur de nos compatriotes, de nos écoles, de nos anciens… C'est notre rôle, c'est notre devoir. C'est même pour cela que nous avons été élus…

Mais aujourd'hui, la question est différente: doit-on imposer à nos concitoyens, aux Montois, l'arrivée soudaine et " définitive " de dizaines de nouveaux habitants ?

 

Nous n’en avons pas le droit. Ce n’est pas à notre commune de subir la fuite en avant irresponsable de nos gouvernants. Ce n’est pas à notre commune de subir les conséquences de l'ouverture des portes de l'Europe, organisée par la Commission européenne, l'Allemagne et le gouvernement français. Ce n’est pas à nos communes de subir les conséquences du mensonge de nos gouvernants.

 

Ce n’est pas nous, élus locaux, français, de laisser croire au monde entier que nos communes sont des eldorados, capables économiquement et socialement, d'accueillir toujours plus de monde dans nos villages, nos bourgs, nos communes n'en ont pas les moyens. Nous n'avons pas non plus le droit ; au nom de ceux qui nous ont élus et au nom des générations futures à qui nous devons transmettre l'héritage reçu de nos parents.

MIGRANTS 2016

Enfin, en tant qu’hommes et femmes responsables, nous n'en avons pas le droit, pour les migrants eux-mêmes. Qu'on le veuille ou non, le premier droit d'un migrant reste, incontestablement, celui de ne pas avoir à migrer.

 

- Qui sont, exactement, personnes qui débarquent illégalement chaque jour en France, en Europe, à Saint-Jean de Monts ?

- Combien sont-elles exactement ?

- Que veulent-elles ?

- Pourquoi l’Europe, la France, et des communes comme Saint-Jean de Monts son-elles la seule destination de ces arrivées de migrants ?

- Pourquoi, trouve-t-on, parmi eux, une immense majorité d’hommes ?

 

Toutes ces questions, malheureusement, plus personne ne se les pose, tant le débat sur ce sujet est difficile…

 

Et pourtant, une chose est sure, les milliers de personnes qui entrent en Europe, et les millions qui frappent à sa porte, ne sont pas tous des " réfugiés ". Un " réfugié ", c’est quelqu’un qui doit fuir son pays, pour des raisons politiques, militaires ou religieuses. " Réfugié " est un statut provisoire, qui prend fin lorsque celui-ci quitte le pays d’accueil pour rentrer chez lui.

Les clandestins qui arrivent en masse aujourd’hui fuient-ils tous la guerre ?

Comptent-ils revenir chez eux ? La réponse est non.

 

Et puis, il y a la question de l’accueil.

 

Pourquoi l’Europe est-elle la seule à devoir prendre en charge ces populations ?

 

Comme le faisait remarquer Amnesty international, ni l’Arabie Saoudite, ni le Qatar, ni aucune monarchie pétrolière du Golfe, pourtant toutes richissimes, et situées aux portes du conflit, n’ont accueilli un seul syrien ou autres migrants. Au lieu de cela, selon le journal libanais al Diyar, cité par le journal allemand Frankfurter Allgemeine Zeitung, l’Arabie saoudite se proposerait de construire 200 mosquées pour les immigrés musulmans qui sont accueillis en Allemagne.

 

Aujourd’hui, ouvrir grand les portes de l’Europe, de la France ou des communes comme Saint-Jean de Monts est une fuite en avant.

 

– Une fuite en avant qui donne raison aux terroristes islamistes, pas assez combattus sur le terrain, comme l’ont noté tous les participants à la Conférence internationale sur les minorités persécutées, qui s’était tenue à Paris en 2015 et à Madrid en mai 2017 ;

– Une fuite en avant complice qui enrichit les passeurs ;

– Une fuite en avant irresponsable qui laisse entendre que l’Europe, la France, des communes comme Saint-Jean de Monts sont un eldorado, ouvert à tous, capable de d’intégrer tout le monde… Cela est faux.

 

Ni la France, ni l’Europe, ni Saint-Jean de Monts ravagées par le communautarisme, la dette et le chômage, n’ont les moyens financiers d’accueillir des milliers de migrants illégaux supplémentaires.

 

A contrario ; que faisons-nous pour les familles montoises sans logement dont certaines résident à l’année avec des enfants dans des mobil homes, ou dans des logements inappropriés, insalubres, trop petits ou mal isolés ?

Que faisons-nous pour les familles montoises qui vivent sous le seuil de pauvreté, sans logement décent ou pour nos jeunes exposés à la précarité ?

 

En conclusion, et au regard de la convocation en séance plénière à 14h30 et de l’invitation à une réunion à 15h00 le même jour, nous sommes une nouvelle fois, face à un maire, qui prend seul la décision d’accueillir des migrants. Une nouvelle preuve de " démocratie " pour le maire Socialiste en Marche.

 

L'accueil des migrants ne fait pas de nous, élus, des êtres si humains contrairement à ce que peuvent penser certains élus.

 

Être humain c'est avant tout : essayer de trouver une solution face au drame d'une jeunesse qui préfère risquer la mort (traverser les routes du Sahara ou se noyer en Méditerranée). Tous ne fuient pas la guerre. Ils préfèrent quitter la terre de leurs ancêtres pour un " eldorado européen ".

 

Les centres d'accueil, en FRANCE ou comme à Saint-Jean de Monts, ne sont que des havres de paix éphémères pour ces personnes. Nous nous rendons complices de la tragédie que vivent ses enfants, ses femmes et ses hommes. Nous nous donnons bonne conscience, en ayant l'impression d'être humain.

 

On n'arrête pas une hémorragie avec un pansement !

En tant qu'élus, Français, Montois, nous devrions, interpeller le gouvernement et lui demander d'aider ces populations dans leurs pays, d'aider les autorités des états concernés à garder leur jeunesse.

RÉACTIONS #migrantssaintjeandemontsRÉACTIONS #migrantssaintjeandemonts

RÉACTIONS #migrantssaintjeandemonts

par Karine Irr, élue UDCI Montois

Dimanche 08 octobre 2017 à 16h00

 

Voilà la réalité concernant les médias, même locaux, ils préfèrent écrire des mensonges et ne surtout pas rétablir la vérité. Certaines personnes se disant politiquement de droite et d'autres s'affichant comme chrétiens dénigrent avec la complaisance d'une presse gauchisante !

Et quand vous êtes victime de leurs propos, vous avez juste le droit de vous la fermer. Vous trouverez à suivre mon email adressé à Ouest France et leur réponse de M.......Chacun aura son avis, pour moi c'est clair ! https://www.facebook.com/karine.irr 

 

Bonjour,

D'ordinaire je laisse Monsieur Eric Brondy communiquer aux médias, une fois n'est pas coutume, je demande un droit de réponse en tant qu'élue sur la liste de l' UDCI Montois, suite à l'article paru le 7-8/10/2017.
Les élus de la droite montoise indépendante déforment et interprètent la réalité. Il est faux et mensonger de dire "En tant qu'élus, nous avons pour une fois eu les informations au préalable et avons compris que les services de l'Etat imposaient l'ouverture de ce centre temporaire".

 

Premièrement, le jour où nous avons reçu la convocation pour le conseil municipal en séance plénière concernant l'accueil d'un groupe de migrants, nous avons également reçu une convocation pour une réunion d'information concernant cet accueil. Cette réunion était fixée une demi-heure après l'heure du conseil municipal. Une fois de plus, l'équipe majoritaire en place avait tout décidé sans concertation. De plus, les élus majoritaires pouvaient ne pas accéder favorablement à la demande Monsieur le Préfet. Ils ont pour des raisons qui leur appartiennent fait le choix d'accepter, et ce bien sûr, sans concertation avec l'ensemble des élus.

 

Par ailleurs, je tiens à rappeler à Monsieur Rocheteau que nous sommes dans une démocratie laïque et qu'en tant que chrétien engagé, il n'apparaît pas tolérant dans ses propos. Je lui rappelle également qu'être élu de la République est aussi un don de soi, du temps passé bénévolement pour la communauté, du moins pour les élus de l'opposition.

 

Je ne peux que lui conseiller de lire Voltaire " Traité de la tolérance", il découvrira que la tolérance est entre autre une ouverture d'esprit, un respect d'autrui c'est une condition du vivre ensemble harmonieux et aussi une condition de la démocratie dans la mesure où elle suppose la reconnaissance d'une équivalence en droit et en dignité de toutes les opinions.

 

Quand les actes sont en contradiction avec les idées exprimées, ils révèlent les réelles personnalités. J'invite toutes les montoises et les montois à assister aux conseils municipaux, là aussi ce sont des moments de bonheur, des spectacles de marionnettes.

Cordialement.

 

Réponse de la rédaction Ouest France :

 

Madame,

Nous avons bien reçu votre mail, merci de nous l’avoir adressé. Cependant, nous ne ferons pas paraître votre communiqué dans la mesure où votre groupe a déjà pu exprimer sa position dans notre édition du mercredi 4 octobre 2017

Cordialement,

Claire Giovaninetti

Journaliste à Ouest France - Chef d’agence à Saint-Gilles-Croix-de-Vie.

 

POUR INFORMATION : LE DROIT A S'EXPRIMER SELON LA RÉDACTION DE OUEST-FRANCE, OUPS !

- Pour le texte du chrétien engagé, il a disposé de 767 caractères espaces compris.

- Pour le texte de la droite indépendante, elle a disposé de 809 caractères espaces compris.

- Pour le texte des élus de L'UDCI, nous avons disposé de 454 caractères espaces compris.