TRIBUNE VILLE N°111, FAUT-IL, LE CROIRE ?

par Le Groupe U.D.C.I Montois  -  19 Décembre 2016, 13:38  -  #NEWS SAINT JEAN DE MONTS, #TRIBUNE MUNICIPALE

LE MENSONGE OU LA VÉRITÉ

LE MENSONGE OU LA VÉRITÉ

Chers Montoises et Montois,

 

Ces dernières années et encore aujourd’hui la vie n’est pas simple pour beaucoup d’entre vous.

Premières victimes de l’offensive fiscale d’André Ricolleau et son équipe socialiste depuis plusieurs années. Frappés par une baisse de votre pouvoir d’achat, considérés trop riches pour toucher les aides, abandonnés dans des calculs politiciens de “réformes sociétales”, ceux qui ont cru à ses promesses sont immanquablement déçus.

Ceux qui présageaient le pire n’ont pour se consoler que la certitude qu’ils avaient raison.

 

FAUT-IL, LE CROIRE ?

 

Ne nous voilons pas la face : si nous n’avons pas encore atteint la catastrophe, l’heure est grave pour les Montois et pourtant, " il n’y a pas de dette, ils mentent ! " avait cancané le maire pendant la campagne des municipales de 2014.

 

Vous ne faites pas de bruit, vous les Montois, vous ne détruisez pas le mobilier urbain sous prétexte de manifestation, vous ne pétitionnez pas tous les quatre matins pour conserver des privilèges ou interdire à l’autre de penser différemment.

 

Mais délaissés par André Ricolleau et son équipe, les Montois ne sont considérés que la veille du scrutin électoral, avec pour une minorité un petit passe-droit offert par monsieur le maire pour bien voter.

Délaissés oui, mais pas totalement oubliés : les hausses d’impôts et les prélèvements supplémentaires des taxes locales, notamment concentrés sur les familles, avant et depuis la 5ème réélection d’André Ricolleau ont et vont encore laisser des traces dans le budget des ménages montois.

 

Et pourtant  "cela ne représente qu’une augmentation de 13 € annuelle sur la part communale pour un ménage avec une personne à charge et une valeur locative moyenne" dit le maire en avril 2016.

 

Tout comme l’injustice que vivent au quotidien, certaines de nos PME Montoises, face aux élus socialistes en place qui préfèrent privilégier le copinage plutôt qu’aider équitablement nos entreprises.

 

Nous vous souhaitons des bonnes fêtes de fin d'année pour vous et ceux qui vous sont chers. Nous vous adressons nos meilleurs voeux pour la nouvelle année 2017.