VENDÉE LITTORALE " NOTRE SANTÉ EN DANGER "

par Le Groupe U.D.C.I Montois  -  19 Mai 2016, 08:45  -  #NEWS SAINT JEAN DE MONTS

URGENCES DE CHALLANS

URGENCES DE CHALLANS

"NOTRE SANTÉ EN DANGER" concernant la possible fermeture du service des urgences de Challans, en Vendée.

Si tel est le cas, les élus de l’UDCI proposeront une soirée-débat sur ce thème, une soirée qui sera ouverte au public avec la participation de médecins urgentistes et le président du Conseil de surveillance.

 

Pourquoi pas la création d'un collectif " Notre santé en danger : URGENCES " nous tenons à exprimer notre inquiétude en tant qu'élus et citoyens suite à mon entretien avec des médecins urgentistes sur le maintien du service des urgences de Challans qui rentre en droite ligne dans le cadre de la néfaste loi de santé à laquelle nous sommes opposés.

Selon le projet de loi, tous les hôpitaux devront se constituer en GHT avant le 1er janvier 2016, sauf dérogation de l'ARS.

Dans ce cadre, le milieu hospitalier de Vendée estime que le dossier du futur GHT (Groupements Hospitaliers de Territoire), devrait être mis en place avant le 31 décembre 2019, qui siégera à La Roche-sur-Yon.

 

Aurions-nous un GHT VENDEE à géométrie variable ? " Le GHT doit assurer la rationalisation des modes de gestion par une mise en commun de fonctions ou par des transferts d’activités entre établissements ". Eric Brondy pose la question.

 

L’objectif premier du GHT sera de mettre en œuvre un projet médical unique, sur un territoire donné, qui pourra être interrégional, en coordonnant la place de chacune des structures hospitalières de celui-ci. Les établissements n’ayant pas rempli ces obligations se verront supprimer leurs financements et donc disparaître.

 

LES VRAIS DANGER DES GHT :

 

- Une santé à deux vitesses : l’établissement support concentrera un maximum d’activités, le risque majeur étant l’apparition de déserts sanitaires ruraux et littoraux.

- Il pourra concentrer les activités administratives, logistiques, techniques et médicotechniques : que deviendront les personnels ?

 

LA PRIVATISATION DE CES SECTEURS À GRANDS PAS !

 

- Certaines filières de soins (gériatrie, maternité, urgences) seront exposées à des restructurations brutales ou des fermetures définitives. L’avenir des catégories du personnel de ces secteurs sera alors gravement menacé par cette mutualisation forcée, où se fait sentir le risque de la privatisation.

- La diminution des effectifs résultant de la création des GHT aura évidemment pour conséquence une baisse de la qualité des soins voire plus de soins de proximité.

 

Le vrai but, réaliser trois milliards d’euros d’économies dans le domaine hospitalier d’ici 2017, la création de nombre de GHT servira, en réalité, à fermer des services comme les urgences, des établissements et des lits, sous la houlette des ARS (Agence Régionale de santé).

 

URGENCE DE CHALLANS

URGENCE DE CHALLANS

PLUSIEURS CHIFFRES  :

 

- Le rapport qui a été commandé par le gouvernement préconise la transformation de services des urgences, faisant moins de 8 à 10 000 entrées par an, en centre de soins non programmés, sans présence d’un médecin urgentiste.

- Le centre hospitalier de Challans ne rentre pas dans ces critères alors pourquoi envisager de fermer les urgences du NOV ?

- Avec le départ de 2 médecins urgentistes de Challans, et l'appel aux intérimaires pour combler le manque cela nous paraît invraisemblable.

- Les urgences de Challans font 29 000 entrées par an à fin 2015 contre 14 000 en 2000, avec un important pic estival.

- La bobologie ne représente qu'un tiers des soins aux urgences, surtout avec une augmentation en période estivale.

 

"Envisager la fermeture des urgences de Challans répond NON à des soucis de sécurité sanitaire, mais à la volonté de répondre aux exigences de la politique d’austérité et de faire des économies dans le domaine de la santé." explique Karine Irr.

 

La fermeture rentre dans la logique de la loi de santé qui organise des Groupements Hospitaliers de Territoires (GHT).

 

Celle-ci a déjà été mise en application avant d’être votée avec le regroupement obligatoire de tous les établissements hospitaliers au sein de chaque département et à la clé des suppressions de services ou de petits hôpitaux comme en Vendée.

 

"Allons-nous vers la mise en place d'une équipe de médecins urgentistes de territoire qui serait rattachée au grand centre du GHT (groupement hospitalier de territoire) basé à la Roche-sur-Yon et agirait comme prestataire de services pour toutes les structures d’urgence du territoire ". demande Eric Brondy.

 

Est-ce une façon de résoudre le problème des déserts médicaux que de supprimer des services d’urgences ?

 

Pendant les vacances, y aurait-il des fermetures de services ou des diminutions des plages horaires de services des urgences qui vont aggraver les conditions de soins des personnes habitant du Nord-Ouest Vendée ?

 

Aujourd’hui, sans tenir compte du travail fourni par les personnels des urgences pour maintenir leur service de proximité, un projet de fermeture totale du service des Urgences de l’Hôpital de Challans serait-il désormais envisagé ?

 

Si cette décision se confirme, c’est la suppression d’un service de proximité de qualité qui va disparaître pour l’ensemble des habitants du nord-ouest Vendée.

 

Cela est-il une façon d'améliorer la santé de la population et réduire les inégalités, comment le programme territorial de santé (PTS) a-t 'il définit ses priorités au sein de notre territoire ?

 

Est-ce une façon d'optimiser l’organisation de l’offre de soins dans notre département la Vendée?

URGENCE EN DANGER

URGENCE EN DANGER

Si la Vendée n’est pas le département le plus en tension sur le plan de la démographie médicale et paramédicale au sein de la région des Pays de la Loire, la problématique se pose par rapport au choc démographique (616 906 habitants en 2011, avec une prévision de 840 000 en 2040). La démographie des professionnels de santé reste par ailleurs très en retrait sur certains territoires.

 

La désertification médicale est accentuée dans le Sud et l’Est de la Vendée, tandis que des problématiques spécifiques sont à prendre en compte à l’Ile d’Yeu, Noirmoutier, et sur les cantons de Saint-Jean de Monts, de Saint-Gilles-Croix de vie, avec un impact saisonnier (afflux touristique) et une population qui double ou qui quadruple (en fonction des secteurs) nécessite une réponse non aménagée mais honnête, du conseil de surveillance, de l'administration hospitalière et  des élus locaux de l'ARS et de l'État.

 

En résumé avec des bâtiments datant de différentes époques ne serait-il pas plus intelligent de construire un nouveau pôle de santé adaptée à notre population et permettant ainsi de conserver un système de santé de proximité et de donner aux différents intervenants du milieu médical un outil de travail adapté et de qualité à notre territoire, tout en conservant les bâtiments actuels pour de la gériatrie et une maison de la dépendance pour justifier et valoriser une vraie politique offensive diriger et faire face au vieillissement de la population qui sera extrêmement importante sur notre territoire dans les années futures.

 

A nous tous de nous mobiliser pour dire non à l'idée de voir la surpression du service d’Urgence de l’Hôpital Challans et de dire non au gouvernement Valls/Hollande qui tente donc de terminer six ans après le travail entamé par une loi Bachelot qu’ils avaient pourtant prétendu combattre à l’époque.