600 000 € DE SUBVENTION !

par Le Groupe U.D.C.I Montois  -  2 Mars 2016, 10:41  -  #NEWS SAINT JEAN DE MONTS, #CONSEIL COMMUNAUTAIRE

O-F 1er MARS 2016

Les 19 km de cordon dunaire étaient sous surveillance depuis 2009. L’observatoire du littoral du Pays de Monts vient de restituer ses études.

 

Créé en 2009 par la communauté de communes Océan-Marais de Monts et constitué de scientifiques de l’office national des forêts, du bureau de recherches géologiques et minières (BRGM) et de l’institut de géographie et d’aménagement de l’université de Nantes (Igarun), l’observatoire du littoral du Pays de Monts (OLPM) vient de restituer ses études et travaux menés en présence de Jean Jouzel, éminent scientifique.
400 000 m³ de sédiments

 

Sur le littoral montois, 26,4 % de la zone est en situation érosive et 37,4 %, en accrétion, comme les plages de la Bergère, à La Barre-de-Montsde la Braie à la Parée-Grollier, à Notre-Dame-De-Monts la Parée du Jonc et devant le golf, à Saint-Jean-de-Monts. " Sur le littoral, 400 000 m³ de sédiments sont revenus entre 2010 et 2013." Le reste est considéré comme stable ou artificialisé.

 

La plage du Pont d'Yeu jusqu’à l’hippodrome, à Saint-Jean-de-Monts, la plage du Mûrier, à Notre-Dame-de-Monts, la jonction des plages des Lays et de la Bergère et la section nord de la plage de la Grande-Côte, à La Barre-de-Monts sont les plus touchés par l'érosion.

 

Au niveau de l’hippodrome de l’Atlantique, le trait de côte a reculé de 20 m entre 1920 et 1971, puis de 32,4 m entre 1971 et 2010. "D’ici 2020, ce trait pourrait encore reculer de 4,1 à 6,20 m. La dune blanche peine à se reconstituer et une submersion partielle est probable au nord, près du Pont-d’Yeu, au niveau des parties basses, lors d’événements marins extrêmes."

 

Et pourtant hier soir, lors du conseil de la Communauté de communes Océan-Marais-de-Monts, des élus de la Ville de Saint-Jean-de-Montsnous annonçaient que ; "nous ne risquions rien et que nous avions encore des beaux jours devant nous."

 

Nous pouvons souhaiter qu'avec 600 000 euros de subvention de la communauté de communes Océan-Marais-de-Monts consacrée à l’observatoire du littoral et à ses travaux, sans compter le salaire pendant 1 an de l’ingénieur qui a rentré les données sur le S.I.G (Système d'Information Géographique) que nous disposons d’un outil qui va nous permettre une meilleure approche, connaissance et prévision des risques littoraux.

 

Comme le précise, Frédéric Bouchet (directeur des services techniques et environnements de la Communauté de communes Océan-Marais-de-Monts "nous avons des cofinancements supérieurs à 70%". 


- Mais de qui ? 
- Pour qui ? 
- Quelle répartition ? 
Il reste beaucoup trop de questions sans réponses !

 

En résumé les habitants des Pays de Monts, les entreprises, et les nouveaux résidents qui vont s’installer dans les secteurs des zones humides ne risquent rien et peuvent dormir sur leurs deux oreilles !  © O-F 01 mars 2016