Et ça continue !

par Le Groupe U.D.C.I Montois  -  19 Septembre 2015, 19:43  -  #NEWS NATIONALE, #NEWS SAINT JEAN DE MONTS

LES ÉLUS VENDÉENS DANS LA RUE

Certains de nos élus locaux sont les mauvais élèves de la rigueur. Malgré les nombreux appels à la raison lancés à plusieurs reprises, les dépenses des administrations publiques locales se sont une fois de plus envolées: 242,5 milliards d'euros.

 

C'est 7,2 milliards de plus qu'un an plus tôt (+ 3 %). Et comme, dans le même temps, les recettes avaient plutôt tendance à diminuer, la sanction ne s'est pas fait attendre: en 2012, le déficit des administrations publiques locales a tout simplement doublé, passant de 1,5 à 3,1 milliards d'euros.

 

Certes, l'Etat, endetté jusqu'au cou, a tendance à transférer une partie de ses charges sur les collectivités locales, décentralisation oblige. Mais tout de même: en pleine crise, certains de nos édiles ne devraient-ils pas montrer davantage l'exemple ?

 

Les chambres régionales des comptes ont beau épingler leurs excès à intervalles réguliers, dénoncer la gabegie, les dépenses de prestige et d'image de certaines municipalités et la folle croissance des impôts locaux, nombre d'élus continuent de dilapider sans compter l'argent des contribuables comme au temps des vaches grasses.

 

En cause notamment: les dépenses de fonctionnement des collectivités locales, en hausse de "3,1 % en plus de l'inflation, chaque année en moyenne depuis 1983", a rappelé en octobre dernier Didier Migaud, président de la Cour des comptes, lors de la présentation du rapport que cette vénérable institution a consacré aux finances publiques locales.

 

Un document qui sonne comme un rappel à l'ordre, les sages de la rue Cambon recommandant avec fermeté "un freinage effectif des dépenses de fonctionnement, en particulier pour les communes et intercommunalités comme, Saint Jean de Monts et la Communauté de communes Océan Marais de Monts, sans que soit remise en cause la qualité des services publics".

 

IMPÔTS: toujours plus

 

De tous les impôts qui pèsent sur les Français, ceux qu'ils acquittent en faveur des collectivités territoriales (communes, communauté de communes, départements, Régions), pour le simple droit d'habiter quelque part en y bénéficiant d'infrastructures publiques (crèches, voirie, transports urbains, piscines ou médiathèques), sont de loin ceux qui les exaspèrent le plus.

 

Bien davantage, par exemple, que l'impôt sur le revenu ou la TVA, ainsi que nous avons pu le constater récemment à l'occasion d'une enquête sur le " ras-le-bol fiscal ". Mais il faut dire que l'augmentation fulgurante de ce type de prélèvements obligatoires y est pour beaucoup.

 

Sur la durée de la dernière mandature municipale (mars 2008 - mars 2014), le produit cumulé de la taxe d'habitation et des deux taxes foncières aura en effet augmenté, en moyenne, d'un peu plus de 30 %… alors que, sur ces mêmes six années, l'inflation n'a progressé que de 7,35 %.

 

COMMUNICATION: petits fours et " feux d'artifices "

 

Fête de ceci, fête de cela, inaugurations et cocktails… utilisation des véhicules de services le week-end par des utilisateurs résidents hors de la commune ou le la communauté de communes du lieu de travail....

Les frais liés à l'événementiel, et ils sont importants dans certaines communes ou communauté de communes comme à Saint Jean de Monts.

Certains maires n'ont donc une fois de plus pas lésiné sur les dépenses liées  à leurs communications et pour s'acquerir un électorat au frais des contribuables.

 

Mais faut-il s'en étonner ?

 

A l'approche d'une échéance décisive, il serait suicidaire pour certains maires de rogner trop ouvertement sur la partie la plus visible de son budget municipal ; même si c'est sans doute aussi la moins indispensable, en particulier en période de crise.

 

Alors oui nous sommes favorables à une meilleure gestion par certains élus locaux, comme nous le souhaiterions pour notre commune de Saint Jean de Monts.

 

Toutefois les demandes de l’ASSOCIATION des MAIRES de France nous paraissent justifiées et sur ces points nous  la soutenons ; et nous fondons de grands espoirs sur enfin une réelle prise de conscience des élus locaux sur la nécessité d’adopter plus de sagesse dans la gestion de la commune, communauté de communes et dans les évolutions des charges fiscales pesant sur les Montois et Montoises.