A TOUS LES FRANÇAIS !

par Le Groupe U.D.C.I Montois  -  18 Juin 2015, 10:13  -  #NEWS NATIONALE

LE GÉNÉRAL DE GAULLE

LE GÉNÉRAL DE GAULLE

Grâce aux leçons de l'histoire, nous comprenons notre présent et pouvons construire l'avenir de la France. 
L'UDCI Montois participe aux célébrations du 75ème anniversaire de l'appel du 18 juin 1940 lancé, depuis Londres, par le Général de Gaulle. 
 
L’IMPORTANCE DE L’HISTOIRE DE FRANCE 
 
L'UDCI estime important de rappeler l'enchaînement des faits qui se sont produits en France entre 1939 et 1940, pour bien comprendre la portée de l’appel du 18 juin 1940 lancé par le général de Gaulle. Beaucoup de jeunes, comme de moins jeunes, ignorent la dimension des événements qui se sont produits et l'expérience qu'il convient d'en tirer.

 

Peu nombreux sont aujourd’hui les Français qui ont vécu cette période et qui en gardent le souvenir. Nous sommes arrivés à l’époque où la transmission de la mémoire aura comme vecteur les descendants de ceux qui ont vécu la période de la Seconde Guerre mondiale.

 

Cette transmission repose entièrement sur la détermination que doit avoir chacun d’entre nous à porter le passé. Cet effort intervient dans une période où l'histoire de France, dans son ensemble, est menacée par l’oubli. Cette perte de la mémoire nationale semble organisée par les choix et les propositions des «spécialistes» qui cassent les programmes scolaires, en particulier les programmes d’histoire, peu importe leurs motifs.

 

Pour nous, l’enseignement de l’histoire, comme celui de la géographie ou de la littérature, est d’abord celui de notre pays : la France. Une fois, ces connaissances bien acquises, il est bien sûr nécessaire de les resituer dans le cadre de l’Europe d’abord et du monde ensuite, mais seulement dans un second temps. Notre identité nationale est attachée à ce choix.

 

Sur un autre plan, après 70 ans de paix sur notre territoire national, la mémoire de ce qu’est la guerre est en train d’être perdue en France. Cet disparition dans les mémoires est naturelle, mais il ne faut pas oublier ceux qui sont morts pour que nous puissions être libre, les efforts considérables qui ont été faits pour que la paix demeure en Europe et il faut prendre conscience de la fragilité de la paix en 2015. N’en doutez pas, la paix nécessite un combat permanent.

 
Nous considérons que notre présent dépend étroitement de notre passé et, plus précisément, de l'image que nous nous faisons de ce passé. De la conscience que nous avons de notre passé provient notre appréciation du présent. C'est pourquoi le regard que nous portons chacun sur notre histoire reste toujours un enjeu crucial.

 

La France a une histoire remarquable, inscrite dans la durée, marquée par un rayonnement dans tous les domaines de la culture comme des sciences, avec des femmes et des hommes remarquables. Cette histoire se poursuit activement aujourd’hui encore, dans un monde en profonde évolution. La réduction de notre histoire nationale à une série de repentances, comme certains aiment à le faire et le refaire, est une manipulation de la vérité. Certes, comme dans tous les pays, des épisodes de notre histoire sont, sans aucun doute, critiquables ou condamnables, mais il faut les remettre en perspectives par rapport à l’époque et à l’ensemble de notre histoire. Ne pas les ignorer, mais ne pas les laisser dominer.


Nous préférons ainsi célébrer l’appel du 18 juin 1940, les soldats des Forces Françaises Libres et les acteurs de la résistance, preuve du patriotisme d’un certains nombres de Français de l’époque. 
 
LA PERMANENCE DE L’ESPRIT DE RÉSISTANCE
 
Au mois de juin 1940, la France ayant été vaincue militairement en métropole, les responsables politiques et militaires ont été confrontés à un choix : la reddition ou la résistance.

 

Autant le dire, ce choix n'avait pas de réponse évidente en raison de multiples arguments contradictoires qui se présentaient et du caractère totalement inédit de la situation. Il faut constater qu'un homme seul a décidé que la France ne devait pas se soumettre et que le conflit de dimension mondiale ne faisait que commencer.

Cet homme, le Général de Gaulle, encore membre du gouvernement la veille, a pu convaincre le premier ministre britannique, Winston Churchill, de le laisser lancer depuis la radio BBC un appel avant même que l'armistice soit signé le lendemain 19 juin entre la France et l’Allemagne. Il a engagé un combat qui a contribué à la libération de la France et à la victoire des Alliés. Cette participation de la France à la victoire a permis à notre pays de conserver son rang dans le monde.


Nous voyons dans cet acte, cet appel, le symbole de la possibilité donnée à chacun de DIRE NON avec courage à ce qui lui semble inacceptable pour la France, même s’il est seul à le dire au moment où il dit NON.


L'UDCI Montois se reconnait dans l'esprit de résistance qui a animé l'appel du 18 juin 1940 ou seul contre tous, un homme a décidé de résister avec la perspective de réussir à libérer la France. Ce qu'il a fait. Cet appel est l'exemple même de ce qu'il convient de faire quand des décisions sont prises contre notre nation, même dans des domaines moins importants que celui de l’invasion de la France.

 

Certains d’entre nous ont eu l’occasion de DIRE NON  en 1968, au début des années 1980, en 2013, en mars 2014 afin de proposer d'autres idées,  ou dans beaucoup d’autres circonstances. Nous continuerons à le faire. © MIL