Non à la communautarisation !

par Le Groupe U.D.C.I Montois  -  24 Février 2015, 20:43  -  #NEWS NATIONALE

LOGO UDMF

LOGO UDMF

Le 14 février dernier, dans le cadre de l’examen de la loi Macron, les Députés socialistes ont adopté un amendement autorisant le remplacement, dans les départements d’outre-mer, de certains jours fériés inspirés de fêtes chrétiennes par des « jours fériés locaux » plus adaptés « aux contextes culturels et historiques particuliers en Outre Mer ». Avec cette mesure, la fin du Ramadan pourrait devenir fériée dans les DOM et à l’inverse, le jour de Noël pourrait ne plus être chômé.

 

Nous dénonçons le double discours de la gauche qui le lundi annonce en grand pompe un plan de bataille pour le civisme, et le mardi cède au communautarisme.

 

Car s’attaquer au calendrier français, c’est fragiliser encore un peu plus l’unité française. Nos fêtes et les jours fériés qui l’accompagnent sont des éléments essentiels de notre histoire et de notre patrimoine communs. Dire cela, ce n’est pas afficher une préférence confessionnelle mais souligner une réalité culturelle.

 

Comment rassembler les Français si chaque communauté exige son calendrier et revendique son identité ? Faudra-t-il proposer des vacances à la carte dans les écoles en fonction de l’appartenance confessionnelle ou culturelle des élèves et de leurs familles ?

 

Créer des congés communautaires, c’est mettre en congé la République.

 

En tant qu’élus de la Nation, Présidents de Départements, nous refusons cette dérive communautariste et nous appelons à un sursaut civique des Français pour y mettre un terme. C’est la raison pour laquelle nous lançons cette pétition en ligne pour demander la suppression de cet amendement.

 

Bruno Retailleau,
Sénateur et Président du Conseil général de Vendée

Eric Ciotti,
Député et Président du Conseil général des Alpes-Mairitimes.

Eric Brondy

Conseiller Municipal et Communautaire UDCI Montois (Union de la Droite, du Centre et des Indépendants).

 

LA PÉTITION : LIEN CI-DESSOUS 

 

J'ai signé la pétition car je suis contre cette dérive communautariste. Comme je ne suis pas favorable au nouveau mouvement, L’Union des Démocrates Musulmans de France (UDMF) qui présentera un duo de candidats lors des prochaines élections départementales.
Une première pour ce mouvement politique actuellement de faible envergure qui compte profiter du prochain scrutin pour sortir de l’ombre et surement un jour diriger notre république avec des lois islamiques, je cite ci-dessous ; (Cf dans le programme de UDMF)

 

"Nous souhaitons exploiter un atout de notre éthique indispensable pour enrayer les crises à venir grâce à la mise en place de la finance islamique"

 

"Nous, Démocrates Musulmans souhaitons faire respecter cette résolution du parlement Européen afin d'offrir le droit de vote aux étrangers résidents dans notre pays la France"

 

"Néanmoins des questions restent en suspens. Un état dit Démocratique et laïc, interdisant à une élève qui porte le foulard d'avoir accès à la connaissance, à une maman portant le foulard de pouvoir accompagner les sorties scolaires, à une nounou portant le foulard de garder des enfants, n’est-il pas en contradiction avec ses valeurs présumées" ?

 

Créé en 2012 à l’initiative de Nagib Azergui, l’UDMF revendique déjà environ 900 adhérents et 8.000 sympathisants partout en France. Son programme, se développé à l'échelle nationale, et prendre le pouvoir en France.

 

LE PROGRAMME DE UMDF (L’Union des Démocrates Musulmans de France) : LIEN CI-DESSOUS

 

POUR INFOS :

Le président de la république socialiste, Francois Hollande, n’a pas non plus estimé utile de faire la moindre allusion aux tombes chrétiennes profanées et aux crucifix arrachés des stèles à Tracy-sur-Mère, à Saint-Laurent-de-la-Cabrerisse ou à Saint-Beat.
Pour la seule année 2014, le ministère de l’Intérieur a recensé des actes de profanation dans 206 cimetières chrétiens, 6 cimetières juifs et 4 carrés musulmans. Mais les tombes chrétiennes n’intéressent ni les élites politiques ni les journalistes.
D’ailleurs, pour le député socialiste et ex-ministre Michèle Delaunay, “ il n’y a pas de cimetières catholiques ”.